Accueil Apprendre à naviguer Comment réaliser un mouillage sur ancre ?

Comment réaliser un mouillage sur ancre ?

par Stanislas Desmarest

Un voilier, seul au mouillage, se balance sur son ancre dans une jolie crique déserte… Pour pouvoir bénéficier de ses attraits et dormir sur ses deux oreilles, quelques précautions s’imposent.

Une nuit paisible au mouillage demande un peu de préparation…
Une météo clémente, la présence à bord d’une ancre adaptée au bateau, une bonne accroche de celle-ci au fond, une bonne longueur de chaîne posée sur un fond de bonne tenue garantiront la sécurité du mouillage.

Attention à la météo

Passer une nuit agréable à l’ancre nécessite une prise en compte des prévisions météorologiques pour se choisir un abri sûr, protégé du vent dominant.
Le vent dominant ne doit jamais pouvoir drosser (rabattre vers) le bateau à la côte. Si le mouillage venait à rompre en pleine nuit l’échouement serait fatal.
Malgré tout, par belle météo, en gardant une distance de sécurité importante avec la côte, on peut mouiller sous un vent de mer soufflant vers la côte.

Consultez la carte pour connaitre les fonds

Les cartes marines mentionnent le type de fond rencontré. Pour éviter de piéger votre ancre sous des rochers, consultez vos cartes.
Les fonds de sable ou de vase sont de bonne tenue.
En revanche, les fonds d’algues, les fonds rocheux ou graveleux sont traîtres.

Examniez la situation avant de mouiller

Quels seraient les effets d’une renverse ou d’un coup de vent sur votre mouillage ?
Auriez-vous assez de champ pour allonger votre mouillage en pleine nuit ? Imaginez les scénarios difficiles pour choisir votre mouillage et demeurer manœvrant s’ils surviennent.

Trop de chaine ne fait jamais défaut

Une fois l’ancre prise, c’est le poids de la chaîne au fond qui retiendra le bateau par beau temps.
Mouillez toujours le plus de chaîne possible au fond (au moins 3 X la hauteur d’eau dans les mouillages encombrés). Quand vous êtes certain que l’ancre a croché, n’hésitez pas, si le rayon d’évitage le permet, à mouiller beaucoup plus de chaîne et une partie de votre câblot qui joue le rôle d’amortisseur.

Informez l’équipage

Le marquage de votre chaîne tous les 10 m et tous les 5 m avec un adhésif ou une peinture colorée permet au matelot de corvée de mouiller la longueur de chaîne choisie et au skipper d’être certain de la longueur mouillée.
Briefez le préposé au guindeau sur les séquences du mouillage :
● Quand met-on l’ancre à pendre ?
● Quand et comment la dépose-t-on au fond ?
● Comment allonger la chaîne lorsque le bateau recule ?

La manoeuvre de mouillage au moteur

● Arrivez face au vent (voiles affalées), moteur embrayé à faible vitesse. L’ancre est à pendre, c’est-à-dire pendante hors de l’eau.
● Une fois choisi votre emplacement, stoppez le bateau face au vent.
● Mouillez l’ancre sur le fond sans empiler la chaîne en tas au fond.
● Battez en arrière et mouillez la longueur de chaîne souhaitée.
● Repassez au point mort un instant.
● Ensuite, une fois la longueur de chaîne souhaitée déposée au fond, battez à nouveau en arrière, en “coup de fouet”, pour faire crocher l’ancre au fond. Il s’agit de ressentir l’arrêt du bateau, stoppé par son ancre.
● Vous pouvez ensuite couper le contact.

Vérifiez et surveillez la tenue du mouillage

Enfin, visualisez deux alignements à terre pour vous assurer de l’évitage normal de votre bateau au mouillage compte tenu de la longueur de chaîne mouillée.
Plongez ensuite sur votre mouillage pour vous assurer visuellement de sa bonne tenue.

La fonction d’alarme de mouillage de votre GPS vous permettra de surveiller votre évitage en restant à bord.
Ces appareils vous alerteront quand le bateau sortira d’un rayon d’évitage que vous aurez pré-programmé.
Gardez toutefois en tête que ces appareils sont rarement précis à moins de cinquante mètres. Définissez l’alarme sur un rayon de 0,02 NM pour qu’elle ne retentisse pas à chaque minute !

Certaines applications permettent de visualiser le rayon d’évitage de son bateau sur l’écran de son smartphone même lorsqu’on quitte le bord.

Avant de jouir d’une paix méritée au mouillage, dans le cas ou vous n’auriez pas mouillé de câblot, placez encore une main de fer ou un crochet sur votre chaîne, il vous évitera du bruit inutile et préservera la santé de votre guindeau.

L’article est rédigé par François MEYER.

Articles liés