Accueil Guide Achat/Vente BateauEssais bateaux Essai bateau sur le Cap Camarat 6.5 CC

Essai bateau sur le Cap Camarat 6.5 CC

par Aurélie Renier

Sur le marché très disputé des consoles centrales de 6 m, les Cap Camarat sont omniprésents depuis les années 1990 au point de constituer la référence de ce segment. Pour sa septième génération, le Cap Camarat 6.5 CC offre un nouveau design et des nouveautés qui devraient plaire aux aficionados de ce best seller de chez Jeanneau.

Architecture

Transportable, sa taille conséquente en fait l’unité idéale pour les sorties à la journée entre amis ou en famille, capable d’offrir un certain confort. Doté d’une carène tulipée assez profonde un peu plus large et plus longue que son prédécesseur et toujours signée Patrice Sarrazin, d’un redan et de deux virures, d’une tonture prononcée à l’arrière, le Cap Camarat 6.5 CC évolue dans un style sportif. La console centrale, bien protégée par son pare-brise -un peu plus haut que sur la génération précédente ?- est la première sur cette gamme à pouvoir recevoir un T-Top aluminium en option.

Deux configuration de carrés cockpit arrières sont possibles L et U (en option la banquette latérale escamotable) et un carré avant est également disponible en option. On accède à la cabine via la porte située sur la console ou en soulevant une trappe sous l’assise en avant de la console centrale. Enfin, il peut recevoir, toujours en option, deux plateformes de baignades encadrant le moteur et allongeant sa silhouette.

Moteur

Conçu pour des motorisations pouvant atteindre 200 CV, le modèle,essayé dispose d’un 4 cylindres 2,7 L de Yamaha d’une puissance de 150 CV. Il s’agit tout simplement du bloc best-seller de yamaha. Monté avec une hélice inox de taille moyenne, ce groupe propulseur à trim électrique est pensé pour la vitesse.

Essai

Sitôt installé aux commandes sur le confortable siège de pilotage (mousse offrant juste ce qu’il faut de fermeté) le moteur démarre dans un bruit sympathique. On sent tout de suite les 2,7 L de cylindrée. Bien protégé par le pare-brise assez haut, on déjauge quelques secondes plus tard à 18 nœuds et toujours sous les 10 secondes, on accroche les 20 nœuds, la vitesse de croisière. Le bateau monte sans rechigner ensuite jusqu’à près de 38 nœuds et on pourrait se passer de trim moteur tant la carène est équilibrée.

Le petit clapot du jour de l’essai fait parfois décoller le bateau qui retombe bien à plat, ça tape assez fort, mais c’est solide.

Vie à bord

Le choix d’une banquette de cockpit en U permet d’installer 8 personnes (capacité homologuée en catégorie C) à table à bord, soit une de plus que sur la version précédente. Les longues plateformes de baignade en option, d’une longueur de 60 cm chacune, constituent un bon choix car dégageant le cockpit des activités humides. A l’avant le bain de soleil transformable en carré (avec l’ajout d’une table escamotable en option) démontre bien la versatilité de l’engin. La cabine fait davantage office de stockage que de véritable couchage (comme sur tous ces day boats de 6 m, la cohabitation du WC chimique dans la cabine en plus de l’absence d’eau chaude les rendent peu compatibles au camping côtier) et de la place, il en faut pour ranger les coussins de la plage avant et de son cockpit ainsi que ceux du cockpit arrière !

Si la gamme Cap Camarat occupe depuis près de 30 ans une place centrale sur le marché des daycruiser, la version 6.5 CC devrait l’y maintenir en offrant encore davantage de possibilités d’utilisation. 1 bain de soleil, un carré, deux carrés, de longues plateformes de baignade, de l’eau sous pression, il y a là tout ce qu’il faut pour se faire plaisir en toute sécurité.

Les +

● Habitabilité importante
● Deux carrés extérieurs en option
● carène équilibrée

Les –

● Le prix élevé des options.

Condition de l’essai

● Poids pour l’essai 1425 kg environ
● 3 passagers
● Prix de la version essayée (motorisation comprise) 45.672 € TTC
● Moteur Yamaha 150 chevaux 4 cylindres 2,7 L atmosphérique, 4 temps, hélice inox 17’.
● Beau temps.
● Petit clapot.
● 10 noeuds de vent.

Etalonnage

– 1000 RPM 4 Knots 3,5 L par heure
– 2000 RPM 6,5 Knots 8,5 L par heure
– 3000 RPM 9,5 Knots 17 L par heure
– 4000 RPM 22,7 Knots 25,4 L par heure
– 5000 RPM 31 Knots 43,5 L par heure
– 5500 RPM 33 Knots 52,0 L par heure
– 5800 RPM 38 Knots (VMax) 57 L par heure

Découvrez tous nos Cap Camarat 6.5 CC parmi nos annonces de bateaux d’occasion, et devenez propriétaire de ce modèle Jeanneau.

L’essai est rédigé par François Meyer.

Articles liés