Accueil Guide Achat/Vente BateauEssais bateaux Essai bateau sur le Cap Camarat 6.5 WA

Essai bateau sur le Cap Camarat 6.5 WA

par Aurélie Renier

Les versions WA (walk around) de la gamme Cap Camarat se distinguent des CC (console centrale) par une plus grande habitabilité de leur cabine. Avec son design hérité de son grand frère le Cap Camarat 7.5 WA, le Cap Camarat 6.5 WA de chez Jeanneau offre bien des avantages…

Architecture

La carène en V, assez profonde, signée Patrice Sarrazin, offrant un redan et deux virures, est probablement une des plus réussie du marché. Elle est identique à celle du Cap Camarat 6.5 CC. Avec son grand Sundeck, sa console centrale protégée par son long pare-brise et son liston légèrement plus proéminent, à l’avant, que sur les versions précédentes, la ligne de ce 6.5 WA est très séduisante surtout parée, comme ici, d’une robe bleu marine en option….

On accède à bord par un portillon rembourré qui fait office de dossier pour une assise. La console centrale est décalée sur tribord, pour disposer d’un large passavant à bâbord reçoit un hublot de cabine côté avant astucieusement recouvert par le bas du pare-brise permettant de le garder ouvert en navigation.

Moteur

Conçu pour des motorisations pouvant atteindre 200 CV, le modèle essayé dispose d’un 4 cylindres 2,7 L de Yamaha d’une puissance de 150 CV. Il s’agit tout simplement du bloc best-seller de yamaha. Monté avec une hélice inox de taille moyenne, ce groupe propulseur à trim électrique est pensé pour la vitesse tout en conservant un très bon couple rendant le 6.5 WA tout à fait efficace en ski nautique.

Essai

Sitôt installé aux commandes sur le confortable siège de pilotage (mousse ferme offrant un excellent compromis confort/fermeté) le moteur démarre dans un bruit agréable. On sent bien les 2,7 L de cylindrée du Yamaha F150. Bien protégé par le pare-brise haut, on est installé derrière une volant presque vertical, la manette des gaz tombant sous la main. On déjauge à 18 noeuds et on accroche les 30 noeuds en 10 secondes ! Le bateau monte très vite jusqu’à près de 40 noeuds dans un bel équilibre de carène. La carène accroche bien et il faut vraiment la malmener volontairement pour faire ventiler le moteur en virage serré. Il décolle parfois sur le petit clapot du jour, mais les sièges, très confortables et suffisamment fermes, amortissent assez bien les impacts. On n’est pas mouillés en naviguant vite dans le clapot.

Vie à bord

Avec la banquette de cockpit en U, on peut, même si la table est parfois un peu bancale, installer 8 personnes (capacité homologuée en catégorie C) à table à bord. Le plancher en teck agrandit agréablement l’espace et apporte une note élégante indéniable au bateau. Les longues plateformes de baignade en option, sont parfaites pour se mettre à l’eau. A l’avant le bain de soleil permet de lézarder à deux très confortablement.

La qualité de la matelasserie de la plage avant pourrait être revue à la hausse, mais les coussins du bain de soleil sont amarrés au bateau, un bon point pour un Daycruiser sportif accrochant les 40 noeuds !

La cabine (2.20 x 2.40 m) est franchement spacieuse pour cette taille, deux adultes pouvant y passer la nuit. Les WC chimiques (en option) peuvent prendre place sous les matelas. On peut démonter la partie de matelas faisant office de seuil de porte de la cabine afin d’éviter de l’abîmer en le piétinant sans cesse. Notez que la cabine dispose d’un hublot monté sur la face avant de la console centrale. Un réservoir d’eau douce et une pompe à eau permettent de disposer, sur le pont, d’une douche de cockpit.

Le Cap Camarat WA constitue probablement la version la plus polyvalente de la gamme des Cap Camarat. Doté d’une cabine très habitable, d’un grand bain de soleil, permettant d’embarquer 8 personnes, très bon pour tracter des skieurs (mat en option), il saura satisfaire toute la famille ainsi que les amis et les amis des amis…

Les +

● Habitabilité importante de la cabine.
● Très polyvalent.
● Carène équilibrée.

Les –

● Le prix élevé des options.
● Amarrage des coussins de bain de soleil fastidieux.

Conditions de l’essai

● Poids pour l’essai 1650 kg environ
● 3 passagers
● Beau temps
● Petit clapot
● 10 noeuds de vent
● Prix de la version essayée (motorisation comprise) 52.507 € TTC
● Moteur Yamaha F150, 150 chevaux 4 cylindres 2,7 L atmosphérique, 4 temps, hélice inox 17’.

Options
Finition Première 2019 (2)
Pack Électronique upgraded 2019 Garmin
Guindeau électrique
Kit amarrage
Kit mouillage
Mât de ski (arche)
Plateformes de bain lattées teck
Sièges bolster grand modele
Table de cockpit
Coussins de bain de soleil avant
Bain de soleil arrière basculant
Complement pour couchage double
WC chimique
Fond de cockpit latté teck
Pré-montage Yamaha mono 150-200 CV commande mécanique

Etalonnage

– 1000 RPM > 3,4 Knots > 3,0 L par heure
– 2000 RPM > 6,6 Knots > 7,0 L par heure
– 3000 RPM > 10,4 Knots > 17,4 L par heure
– 4000 RPM > 23,4 Knots > 25,0 L par heure
– 5000 RPM > 31 Knots > 39,0 L par heure
– 5500 RPM > 36 Knots > 52,0 L par heure
– 5800 RPM > 39 Knots (VMax) > 54,0 L par heure

Trouvez votre Cap Camarat 6.5 WA parmi nos annonces de bateaux d’occasion, il y en a forcément un pour vous!

L’essai est rédigé par François Meyer.

Articles liés