4 mai 2018

Traversée vers la Corse en bateau

Distance, durée, prix, dangers : comment bien préparer son expédition vers l'île de beauté?

Traversée vers la Corse en bateau

Préparer sa traversée

Vous souhaitez traverser vers la Corse en bateau sans prendre le ferry ? Sachez que l’expérience est possible mais qu’elle nécessite un minimum de préparation.

Pour une traversée du continent vers l’Île de Beauté, il faudra compter une vingtaine d’heures à la voile comme au moteur : par exemple, pour un trajet de Port Cros à Calvi les 107 milles parcourus à 5 nœuds en moyenne vous feront arriver en vingt et une heure trente de trajet.

Si la traversée pourra être jugée relativement courte pour les navigateurs expérimentés, votre bateau n’en devra pas moins être en parfait état. Commencer par effectuer une croisière côtière peut être un bon moyen de familiariser avec la mer un équipage peu habitué à la navigation.

S’il s’agit de votre première traversée, préférez partir de jour, pour plus de sérénité. Embarquer de nuit peut sembler grisant, mais cela pourrait vous fatiguer pour la suite du voyage. Mieux vaut ainsi faire l’inverse et garder la nuit à bord pour la fin de la traversée. Prenez-garde aux filets dérivants, qui, bien qu’interdits depuis plusieurs années, sont souvent présents et mal éclairés la nuit. A l’inverse, les ferries et cargos produisent énormément de lumière et il est parfois difficile de distinguer leurs feux. Renseignez-vous à l’avance sur leurs trajectoires, pour éviter tout malentendu.

A noter que si vous ne disposez pas de compétences suffisantes en navigation, vous pouvez avoir recours à un skipper. Une traversée à plusieurs peut également être envisagée : la navigation en flottille permet de garder son indépendance et son intimité à bord, tout en bénéficiant de la compagnie et de la convivialité d’un trajet à plusieurs bateaux.

Pour le départ, les ports les plus prisés par les navigateurs sont ceux d’Antibes (la gare n’est qu’à quelques minutes à pieds du port), Hyères (pour réduire au maximum la distance de traversée) ou encore Saint Raphaël

La traversée : équipement et organisation à bord

Comme pour toute navigation, une fois au large, mieux vaut être équipé. Prévoyez tout le matériel hauturier nécessaire : radeau de survie, fusées de détresse, gilets de sauvetage, GPS, trousse à pharmacie, réflecteur radar, VHF.

Par ailleurs, ayez toujours un bidon d’essence supplémentaire à bord au cas où le vent viendrait à manquer. Veillez à ce que tout l’équipage soit bien couvert pour la partie de nuit.

Même pour de courts trajets, la communication à bord, est la clé d’une navigation réussie et conviviale. N’hésitez-pas à déléguer en assignant à chacun une tâche, ou à aider le skipper s’il y en a un. Pour une navigation d’une vingtaine d’heures sans escale, les enfants pourront trouver le temps long. Il sera ainsi judicieux de prévoir de quoi les occuper la journée (jeux, livres, coloriages, lecteur DVD portable…). Quel que soit votre équipage, ne transigez jamais sur les règles de sécurité.

Pour la nuit, fonctionnez selon un système de quart avec un ou plusieurs équipiers, et dites au reste des personnes à bord de rester dans le cockpit. Chaque personne sur le pont de nuit devra être attachée, avec une ligne de vie suffisamment courte pour ne pas tomber à l’eau.

Petite surprise : il n’est pas rare, pendant la traversée, d’apercevoir des dauphins et même des baleines, peut-être aurez-vous cette chance !

Les meilleures périodes

L’été, le vent se fait rare et traverser à la voile pourrait s’avérer fastidieux et beaucoup plus long que prévu. Afin d’éviter toute déconvenue en cas de panne ou d’absence de vent pour les voiliers, prévoyez une fenêtre météo pour le départ de trois jours minimum. Cependant, l’été présente un avantage : la nuit est plus courte donc la navigation se fait en majeure partie de jour.

En ce qui concerne les conditions, partir en fin de mistral serait une mauvaise idée pour une première traversée : la houle y est importante. De même, il sera préférable de ne pas partir par vent d’est. Si vous n’avez pas le choix et que la mer est formée, il pourra être plus judicieux d’allonger votre route pour avoir les vagues et le vent du bon côté.

Par ailleurs, pendant la pleine saison, la plupart des ports corses sont saturés et il vous faudra mouiller plus loin.

Renseignez-vous sur la météo dès votre arrivée afin de pouvoir repartir : la traversée est impossible en cas de Mistral et celui-ci peut s’installer durant quelques jours. Il vous faudra alors prévoir de partir 48 heures avant son arrivée, ou bien allonger la durée de votre séjour sur place et patienter au port.

Prévoyez une quinzaine de jours si vous souhaitez profiter d’une croisière côtière. Si vous n’avez pas votre propre bateau, vous pouvez prévoir d’en louer un, de traverser et éventuellement le laisser à un équipage sur place et faire le retour en ferry. Toutes les options sont possibles !

En longeant les côtes corses, vous découvrirez de nombreuses criques et mouillages atypiques, notamment près de Cargèse, Campomoro, ou encore la Réserve naturelle de Scandola. La côte ouest du Golfe de Saint Florent est un endroit paisible où venir s’abriter en cas de Mistral.
 

À bord de Cherchez
CHERCHEZ

Conseils d'expert, avis de plaisanciers, simulateur de choix de navigation. Laissez-vous guider !

Trouvez
TROUVEZ

Un moteur de recherche construit par et pour les plaisanciers. Une offre unique de services sur-mesure.

Partagez
PARTAGEZ

Partagez vos expériences et bénéficiez de celles des autres : vos avis sur les bateaux, les destinations, les vendeurs...