Accueil Guide Achat/Vente BateauEssais bateaux Essai Bateau sur le Sun Odyssey 409

Essai Bateau sur le Sun Odyssey 409

par Aurélie Renier

Remplaçant le Sun Odyssey 39i, le Sun Odyssey 409 de la gamme Sun Odyssey, lancé en 2011, est un croiseur sportif, pensé pour être mené en équipage réduit. Construit à plus de 300 exemplaires et sacré European Yacht of The Year 2011, sa taille et ses commandes ramenées vers le barreur m’ont fait choisir ce monocoque pour une nouvelle croisière de 21 jours dans les petites Antilles, l’été, période météorologiquement mouvementée peuplée de dépressions tropicales…

Des lignes tendues

Bouchains saillants, hublots de pont flush, design épuré, Philippe Briand a dessiné une carène moderne et fluide pour Jeanneau. 11,98 m de long pour 3,99 m de large, le bateau dégage une impression de puissance quand on le regarde du quai. Les deux barres à roues dégagent un vaste espace dans le cockpit, d’autant que le radeau disparaît dans un coffre dédié (ou on rangera aussi la porte d’accès au carré). Le tableau arrière s’ouvre sur ⅓ environ, conservant deux bonnes assises de part et d’autre. Une douche de pont délivrant de l’eau chaude et froide est installée à tribord.

Une construction solide

La coque, renforcée par un treillis fibre de verre intérieur, réalisée à la main, est finie avec un apprêt époxy puis un Gelcoat. Le pont est moulé par injection avec une âme en balsa discontinue. Les parties du pont soumises à de forts efforts en sont dépourvues. La quille est en en fonte d’acier. Le bateau existe en deux versions GTE (tirant d’eau de 2,10 m) et PTE (tirant d’eau de 1,55m). Mât et bôme sont en aluminium, une version avec mât à enrouleur est disponible en option.

Un plan de pont innovant

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pensé pour être mené par un couple, le Sun Odyssey 409 reçoit deux winchs au poste de barre (qui peuvent être électrifiés en option) et deux winchs, plus petits, sur le roof. Pour faciliter les manœuvres, Jeanneau a ramené en arrière les commandes des deux voiles tout en capotant leur cheminement jusqu’au mât, au chariot d’écoute GV ou au point de tire du génois. Les bloqueurs placés en amont de ces winchs arrières permettent de manœuvrer ces deux voiles tout en étant installé à la barre. En effet, l’écoute de grand-voile est montée en série à l’allemande, avec un brin revenant de chaque côté du cockpit, permettant de la commander, aussi bien du winch arrière bâbord que de celui de tribord, tout comme le Génois. On dispose de plusieurs position pour barrer, y compris debout grâce aux cales bien placées. Des passavant larges mènent à l’avant protégés par des chandeliers et filières à câble qui ne retiendront pas un poids lourd en passe de passer par-dessus bord… Un grand davier et un winch électrique complètent le tableau.

Un intérieur clair et de la hauteur sous barrots

L’intérieur est traité en bois clair, avec des plans de travail en Corian dans la cuisine. L’ambiance est lumineuse grâce aux hublots de pont et la visibilité vers l’extérieur est bonne. On se croirait -presque- dans un Deck Saloon ! La version que nous essayons comporte 3 cabines et deux salles d’eau, de taille normales. Dans les salles d’eau, on trouve un rideau de douche pliant qui ne me semble pas d’une extrême solidité. Les couchages sont des matelas mousses, sans sommier, on ne peut pas faire de miracle ! Tout l’éclairage est en Led, un bon point pour le bilan électrique. La hauteur sous barrot varie entre 1,85 m (cabines arrières) et 1,95 m (carré, cabine avant) et je peux cuisiner debout à l’aise avec mon 1m92 !

Systèmes

Gréement

Grée en sloop en tête, notre bateau disposer d’une grand-voile semi lattée et d’un génois sur enrouleur à 140%. En option, on peut disposer d’une grand-voile sur enrouleur, d’un foc auto vireur, d’un foc à plus faible recouvrement que le nôtre ainsi que d’un code zéro.

Electricité

Le bateau essayé dispose de deux packs batteries (2 x 110 Ah servitude et 1 x 110 Ah moteur et propulseur. la recharge se fait via un chargeur de quai et un alternateur 80 Ah.
Deux panneaux photovoltaïques peuvent être montés sur le pont avant. Ils ne sont pas un luxe pour les régions ensoleillées car sinon le bateau, si on n’aime pas naviguer au diesel (Yanmar 40 chevaux), devra passer une nuit à quai tous les 2 ou 3 nuits… Pourquoi ne pas prévoir une installation offrant davantage d’autonomie ?

Sanitaires

Avec une capacité de 530 L et un chauffe-eau fonctionnant sur le 220 V et via le refroidissement moteur permettent de vivre confortablement à bord. Une cuve à eaux noires complète le tableau.

Electronique

Notre bateau est équipé d’une électronique Simrad, comprenant traceur orientable, speedo, anémomètre, pilote (offrant un mode vent). On dispose des instruments et du pilote à chaque poste de barre, c’est pratique. Le système est complété par un dock et un système de sonorisation permettant de relier n’importe quel baladeur numérique ou smartphone à la sono. A noter que le bateau peut être équipé d’un propulseur d’étrave et du nouveau système “Docking 360°” facilitant les manœuvres de port.

En navigation

A la voile par petit temps

Par ce beau temps (12/15 noeuds de vent, petit clapot) le 409 est parfaitement à son aise. La carène puissante taille sa route dans le clapot. Lorsqu’on navigue dans les canaux entre les îles, on rencontre fréquemment 1,5 m de clapot que les 9 tonnes du bébé chargé étalent facilement. J’ai toutes les commandes sous la main. A l’empannage ou au virement, je laisse d’abord la GV au bloqueur, vire ou empanne, reprends au winch au vent le mou d’écoute de génois, le libère puis remplace cette écoute par celle de GV pour la border à demande. Pour encore plus de facilité, un foc auto-vireur est disponible en option. Tout ceci est très pratique une fois qu’on a pris le pli. On vire seul, comme sur un petit bateau, c’est plaisant. Le système de double barre est doux et offre un retour correct.

A la voile par temps frais

En quittant la Dominique en direction du Nord, il y a du vent ce matin, plus de 15/18 nœuds établis. Je sors avec un ris, avec dans l’idée de tester la réduction au 2e en route. On passe la pointe nord de l’île pour ramasser une claque ! Ma femme à la barre, je réduis au deuxième ris (prise de ris automatique), facile, sans problème. Mais que se passerait-il si un nœud se formait dans la bosse sous le capotage rendant le roof si “flush” ? La réduction du génois ne pose aucun problème, je peux, depuis la barre manœuvrer la bosse d’enrouleur et l’écoute de génois. Un peu plus tard le vent monte encore à 20/22 nœuds établis. Ma femme, enceinte, est un peu malade aujourd’hui, et j’apprécierais de pouvoir faire route directe au près pour limiter la durée de ce passage vers les Saintes. Hélas, impossible sans 3e ris. Le bébé de 9 tonnes est à ses limites, la barre est dure et décroche et on gîte beaucoup trop si j’insiste. faute de mieux, je démarre le moteur et fait piper le bateau pour finir mon trajet du jour.

Conclusion

Très joliment dessiné, intelligemment aménagé tant à l’extérieur et à l’intérieur, d’un niveau de finition plutôt au-dessus de la moyenne, ce Sun Odyssey 409 est attachant. Bien des efforts ont été entrepris par Jeanneau pour rendre ce bateau facile à piloter en couple. C’est absolument louable et parfait pour le petit temps. En revanche, pourquoi ne pas proposer en option un 3e ris pour ceux qui souhaitent éviter l’enrouleur et conserver une grand-voile lattée tout en ayant la possibilité de réduire ?

Découvrez tous nos Sun Odyssey 409 occasion parmi nos annonces bateaux , et devenez propriétaire de ce modèle Jeanneau.

L’essai est rédigé par François Meyer.

Principales dimensions

Longueur hors-tout: 12.34 m
Longueur de coque: 11.98 m
Longueur à la flottaison: 11 m
Bau (largeur): 3.99 m
Tirant d’eau: 2.1 m
Tirant d’air: 18.42 m
Déplacement lège (Masse àvide): 7860 kg
Masse lest: 2260 kg
Type de lest: Fonte

Articles liés