Accueil Actualités Le Tour de France des bateaux de légende

Le Tour de France des bateaux de légende

par Titouan Guichaoua

Qui n’a jamais rêvé de voguer à la suite des bateaux de légende ? Majestueux, chargés d’histoire, ils sont nombreux aux quatre coins de la France. Mais où et quand peut-on les voir ? A terre ou en mer, du Nord au Sud, voici un parcours où vous pourrez retrouver quelques-uns de ces bateaux de légende parmi les plus célèbres.

En août 2019, retrouvez le Belem dans les Hauts-de-France

Le Belem, c’est 120 ans d’histoire à travers le monde. Rare survivant des grands voiliers du XIX e siècle, le Belem fut mis à l’eau à Nantes en 1896. Navire de commerce, il sillonnera l’atlantique jusqu’en 1914. Puis, il se transforma en yacht sous pavillon britannique pour finalement devenir navire-école à Venise. Il est cédé à la Caisse d’Epargne française en 1979 qui crée l’année suivante la Fondation Belem.

Aujourd’hui, le Belem continue d’accomplir ses missions ! « Le Belem est un musée, a-t-on dit. Mieux, un musée vivant, puisqu’il navigue. Mieux encore, un musée où l’on apprend la vie. ». Ecole la mer, monument historique et ambassadeur de son pavillon autour du monde, le Belem multiplie les escales dans les ports et participe aux rassemblements de grands voiliers pour y représenter les traditions maritimes françaises.

Où voir le Belem cet été ? De mi-août au 1er septembre, on retrouvera le Belem dans les Hauts-de-France. En escale à Dunkerque, Calais et Dieppe, on peut dès maintenant réserver les visites en ligne.

Entre Paimpol et Brest, vous pourrez croiser La Recouvrance

C’est l’histoire d’une réplique de bateau qui vire au succès. Inspirée de l’architecture d’une goélette militaire du XIX siècle, l’élégant deux-mâts est né en 1990 d’une initiative locale à l’occasion du concours « Bateaux des Côtes de France ». Le bateau doit son nom à un quartiers de Brest, où les femmes venaient prier Notre-Dame pour protéger les hommes de leurs familles partis en mer.

Aujourd’hui, quel est le rôle de La Recouvrance ? Propriété de la ville de Brest, La Recouvrance représente sa région auprès des rassemblements de voiliers en France et à l’étranger. La goélette propose aussi des périples courts ou longs, ouverts à tous, et avec tout le confort d’aujourd’hui. Avis aux amateurs de cordages : vous allez pouvoir hisser les voiles et souquer les drisses en retrouvant une cabine chaleureuse en fin de journée !

Où voir La Recouvrance cet été ? A Paimpol début août, la fameuse goélette devrait convoyer vers Brest le 5 août. Quoi de plus spectaculaire que de naviguer à la suite d’un bateau de légende ? A proximité, à Trégastel, vous pourrez louer un bateau pour le suivre jusqu’à Brest. Vous retrouvez tous les détails du programme de navigation de La Recouvrance en ligne.

Bretagne Sud : la légende Pen Duick est toujours vivante

C’est l’histoire d’un voilier écossais devenu breton. Ce cotre de 15 m a été conçu en 1898 par l’architecte écossais W. Fiffe III Jr. C’est à son bord que naviguera toute la famille Tabarly dans la fin des années 30, puis Éric le recevra de son père en 1952. Pour le restaurer, le jeune navigateur appliquera sur la coque des couches de tissu de verre et de résine polyester : une innovation à l’époque pour un bateau de cette envergure. Pen Duick effectuera de nombreuses régates et croisières, jusqu’en juin 1998 lorsqu’Éric Tabarly disparut en mer en convoyant son bateau vers le Pays de Galles.

Aujourd’hui Pen Duick est en pleine forme ! Il a été remis à l’eau en mai dernier, après 18 mois de rénovation à Brest. Reconnu monument historique depuis 2016, les travaux ont permis de le restaurer tel qu’Éric Tabarly l’avait voulu : avec une coque polyester reposant sur l’ossature bois dessinée par Fiffe au XIXe siècle. Une architecture unique !

Où voir Pen Duick cet été ? Toujours propriété de la famille Tabarly, Pen Duick est aujourd’hui rattaché au port de Lorient. Il hiverne au sec et ressort dès le printemps pour participer à des rassemblements de voiliers classiques et à des régates, parfois jusqu’en Méditerranée.

L’Hermione, réplique Charentaise de la Frégate de la Liberté

C’est l’histoire d’une frégate du XVIIIe s. reconstruite 200 ans après. En 1997, l’Association Hermione-La Fayette s’est lancée dans la reconstruction de L’Hermione, navire à bord duquel La Fayette a rejoint en 1780 les insurgés américains luttant pour leur indépendance. L’ambitieux projet voulait reconstruire le navire au plus près de la frégate d’origine : un défi technique, puisqu’il fallait respecter les contraintes règlementaires d’aujourd’hui sur un trois-mâts de plus de 65 m de long équipé de 2 200 m2 de voilure !

Aujourd’hui L’Hermione continue de marquer l’Histoire : En 2019, son programme de navigation a été construit autour du thème « Normandie Liberté ». Coïncidant avec le 75e anniversaire du Débarquement, des escales ont été marquées à Cherbourg, Ouistreham, Honfleur et Dieppe. Avec une remontée spectaculaire jusqu’à Rouen en l’honneur des 30 ans de l’Armada.

Où voir L’Hermione cet été ? Depuis le 5 juillet l’Hermione a retrouvé Rochefort, son port d’attache depuis toujours ! A quai, au radoub ou en mer : tous les prétextes sont bons pour rendre visite à L’Hermione.

Articles liés