1 avril 2019

Les solutions contre le mal de mer

Le mal de mer n’est pas une fatalité : il arrive même aux plus grands navigateurs et à des skippers aguerris de le ressentir occasionnellement.

Les solutions contre le mal de mer - Band of boats

Alors à quoi ce phénomène est-il dû ? Comment se prémunir contre ses effets et quelles astuces mettre en place pour les éviter ? Nous vous livrons dans cet article quelques outils pour apaiser la naupathie et passer une croisière de rêve !

Comment s’explique le mal de mer?

Avant  toute  chose, il est important de relativiser : seulement une personne sur quatre est sujette au mal de mer, et le plus souvent cela reste ponctuel et ne dure pas dans le temps.

La  naupathie, plus communément appelée « mal de mer », peut se manifester par plusieurs symptômes (les plus fréquents sont la nausée et les maux de tête, accompagnés ou non de légers vertiges), qui varient selon les personnes et les conditions. Certains individus sont plus à l’aise en bateau à moteur, d’autres sur un catamaran. Ces symptômes s’expliquent par un décalage dans les informations transmises à l’oreille interne : la structure du bateau est fixe, pourtant le bateau bouge sur l’eau... Vous avez beau rester immobile à bord, votre corps suit les roulis du bateau. Face à ces informations d’apparence contradictoire, le cerveau peut être désorienté ! Le mal de mer peut aussi naître d’un phénomène où la mémoire entre en jeu : quelqu’un ayant déjà eu le mal de mer pourra anticiper le mouvement de balancier du bateau avant même d’avoir quitté le port... cela créé alors une confusion supplémentaire pour l’oreille interne.

Mais rassurez-vous, la nature est bien faite et l’organisme s’habitue souvent rapidement à  un  nouvel environnement. De  plus,  face  à  ces  symptômes désagréables  mais  sans gravité, de nombreuses solutions existent, pour vous assurer de passer une croisière en toute sérénité !

Comment se prémunir contre le mal de mer : la règle des 4 F

Tout d’abord, il est préférable d’éviter certaines situations, qui peuvent agir comme facteurs déclencheurs. Ces situations se résument sous la règle des 4F. Il faudra donc éviter, dans la mesure du possible:

- D’avoir Faim : si vous partez l’estomac vide, celui-ci risque de sécréter plus d’acidité, ce qui sera susceptible de générer des nausées. Alors avant de prendre le large, on mange des sucres lents et on emporteun en-cas (sandwich, barre de céréale, etc.). Privilégiez plutôt des aliments qui tiennent au corps et sont faciles à digérer. Enfin, n’oubliez pas de bien vous hydrater (1,5 litre d’eau par jour et par personne) !

- D’être Fatigué : une fatigue importante peut en effet favoriser le mal de mer. Avant d’embarquer, on privilégie une bonne nuit de sommeil et une fois à bord, on s’autorise des siestes. Dans la mesure du possible, évitez de rester trop longtemps allongé dans la cabine si vous ne dormez pas.

-D’avoir Froid : il serait dommage de perdre votre énergie à lutter contre le froid, qui peut  favoriser le mal de mer. Portez des matières naturelles comme le coton pour les vêtements près du corps  (pour ne  pas  accentuer l’hypersudation), et emportez un bon coupe-vent au cas où !

-...et d’avoir la Frousse : détendez-vous, vous êtes là pour passer un bon moment. Cette croisière de rêve vous l’attendiez impatiemment : c’est l’occasion unique de vivre une belle aventure avec vos proches et de découvrir des paysages sous un jour unique !

En plus de ces premiers conseils, voici quelques astuces très simples à mettre en pratique, pour lutter facilement contre le mal de mer s’il se présente.

Solutions et astuces pratiques

Sachez tout d’abord qu’il existe des solutions médicamenteuses très efficaces contre le mal de mer. Votre médecin pourra ainsi vous proposer à titre préventif des médicaments à base de scopolamine (qui  diminue le  trouble ressenti  par  l’oreille interne) ou encore des antihistaminiques (qui  atténuent  les  sensations de nausée). On trouve également de très nombreux remèdes naturels pour soulager la naupathie : alcool de menthe, huiles essentielles (notamment citron, menthe poivrée et gingembre), fleur de Bach, granules homéopathiques ou encore infusions à base de gingembre. Vous n’avez que l’embarras du choix!

Si vous êtes malgré tout gêné par quelques nausées, préférez rester à l’extérieur sur le pont plutôt qu’en cabine. C’est en effet au milieu du bateau, à proximité de son centre de gravité, que les balancements se feront le moins ressentir. Restez actif et occupé pourra également avoir un effet bénéfique : c’est un peu comme en voiture, le conducteur est souvent  moins sujet au mal des transports que les passagers ! Evitez cependant de lire, cela pourrait déclencher un trouble de l’oreille interne (dont  nous  avons  parlé  plus haut). N’oubliez-pas de vous détendre, si jamais les symptômes se déclenchent, ils s’atténueront petit à petit. Et pensez avant tout à profiter de ce moment unique avec vos proches, dans un cadre de rêve : en étant dans l’instant, vous ancrez votre cerveau dans le présent et tout redevient alors plus stable pour votre organisme. 

À bord de Cherchez
CHERCHEZ

Conseils d'expert, avis de plaisanciers, simulateur de choix de navigation. Laissez-vous guider !

Trouvez
TROUVEZ

Un moteur de recherche construit par et pour les plaisanciers. Une offre unique de services sur-mesure.

Partagez
PARTAGEZ

Partagez vos expériences et bénéficiez de celles des autres : vos avis sur les bateaux, les destinations, les vendeurs...